C.S. QUILL (2016)

Bonjour Cami. Es-tu prête à répondre à notre interview loufoque ? Fais ressortir ton sens de l’humour J

 

- Pourrais-tu, s’il te plait, te présenter pour les lecteurs qui te découvrent ?

Je m’appelle Cami, je vis dans le Sud de la France et j’aime plus les crêpes que le Pan Bagnat. Quand je ne lis pas, j’écris, parfois je dors. Mon premier livre Burning Dance est sorti cet automne aux Editions La Condamine et Nisha.

 

- Peux-tu résumer en quelques phrases ton dernier roman « Burning Dance » ?

Dans ce roman, l’intrigue tourne autour de Sin, une jeune-femme pleine de secrets et de promesses étranges. Danseuse, elle participe à un concours de danse très connu, pour des raisons qui ne sont pas celles que l’on pourrait croire. L’histoire démarre neuf mois avant la grande finale et raconte sa rencontre avec des colocataires explosifs, et surtout, son face à face perpétuel avec Jolan, l’un des garçons qui vit dans l’appartement. Entre danse, émotions et rebondissements, cette histoire ne laisse pas indemne.

 

- A travers « Burning Dance » as-tu voulu faire passer un message ?

J’avais envie de montrer que chacun d’entre nous à une place. Même avec un démarrage dans la vie difficile, rien n’est jamais acté. Rien n’est immuable.  Et vivre une passion à fond, c’est hyper important. On finit toujours par en retirer plus que ce que l’on espérait.

 

- De qui t’es-tu inspirée pour le personnage de Jolan? Et celui de Sin ?

Et bien pour tout dire, je n’en ai pas la moindre idée ! Je vais certainement passer pour une cinglée, mais le soir où j’ai commencé à écrire le premier chapitre, c’est comme si Sin et Jolan venaient d’entrer dans ma tête pour me raconter leur histoire. Je crois que j’étais à plus de la moitié du bouquin quand j’ai vraiment eu l’histoire entière dans ma tête. Jusque là, c’est un peu comme si je la découvrais en même temps que vous. Les éléments me venaient en tête et je les retranscrivais. D’ailleurs, en relisant certains passages plus tard, je ne me souvenais même plus les avoir écrits. Je suis sous traitement depuis, pas d’inquiétudes.

 

-  Le héros de ton roman, aurait-il pu te séduire ? Et pourquoi ?

Jolan est un jeune-homme complexe, qui s’est fabriqué une confiance en lui bancale, uniquement au travers de ses pseudo relations avec les femmes. C’est un conard vulgaire, arrogant et misogyne (je cite mes lectrices !). Ah et bien sûr, il est brun et tatoué. Bref, il a tout pour plaire !

 

- Raconte-nous ton plus grand rêve ?

Mon plus grand rêve à l’heure actuelle, c’est d’avoir une cuisinière, une femme de ménage et un an de congés payés offerts. C’est le minimum pour avoir le temps de faire tout ce que j’ai envie de faire !

 

- Quelles sont tes conditions idéales pour écrire ?

Mes conditions idéales sont assez simples : une table dédiée à la terrasse d’un café, un approvisionnement régulier en crêpes et en thé, une vue mer dégagée et ma bêta ligotée à côté de moi.

Mais je dois me contenter de mon bureau au milieu du salon et de mes enfants qui se relaient sur mes genoux et qui essaient de rentrer leurs doigts dans mon nez.

 

- Où puises-tu ton inspiration ?

J’hésite entre possession et schizophrénie. Clairement, il y a des trucs qui entrent dans ma tête, je n’ai vraiment aucune idée d’où ils viennent !

Je suis aussi très inspirée par la musique, comme beaucoup d’auteurs d’ailleurs. J’enfile mon casque (celui qui vous coupe du reste du monde), j’écoute des playlists improvisées et des images se mettent à défiler devant mes yeux. Puis, il me faut environ 11 ans pour les mettre en ordre et pondre une histoire !

Je rencontre aussi beaucoup de monde, et j’enregistre facilement leurs émotions.

 

Bref, mon inspiration, c’est un mélange de tout ce qui m’entoure.

 

- Comment t’es-tu retrouvée à écrire ce roman ?

Un hasard de la vie. Le genre de truc qu’on ne fait jamais et qui arrive soudain. J’ai commencé à l’écrire le 24 février 2016. J’avais passé une sale journée et j’avais besoin de me changer les idées. J’avais déjà jeté un coup d’œil à Fyctia, mais je ne m’étais jamais lancée. Ce soir là, j’ai vu le concours de New Romance qui avait déjà commencé. J’écrivais uniquement du fantastique à ce moment-là et je me suis dit « allez, je vais tenter de leur balancer une petite histoire de rien du tout, juste pour m’amuser ». Et Burning Dance est né.

 

- Quand tu écris, écoutes-tu de la musique, si oui, lesquelles ?

Oui. J’écoute de la musique dès que j’en ai l’occasion en fait. Quand je conduis, je lance des playlists diverses sur Spotify et dès qu’un morceau m’inspire quelque chose, je l’enregistre.

Et donc quand j’écris, j’écoute un morceau qui colle bien à la scène que je veux retranscrire et comme dans un film, ça me donne un rythme pour l’écrire.

Mon style personnel de musique est plutôt métal, rock et ska punk, mais quand j’écris, j’écoute des morceaux très variés, parce que mes personnages ne sont pas moi et qu’ils ont leurs propres goûts musicaux !

 

- Quel(le) à auteur(e) t’a inspiré ? Pour écrire hein ! Pas autre choses…

Toutes les auteur(e)s qui me font ressentir des émotions à travers leurs lignes m’inspirent. Mes auteur(e)s fétiches sont Darynda Jones, Colleen Hoover, SC Stephens, Christina Lee, Jennifer Armentrout, Nalini Singh, Katja Lasan, Stephenie Meyer, Cassandra Clare, Dan Wells….. Bon j’arrête là, c’est une liste sans fin !

 

- As-tu encore le temps de lire et quel genre de lectrices es-tu ?

Pendant l’écriture de Burning Dance (environ 2 mois), je n’ai plus lu. J’avais besoin de me concentrer sur ce que j’avais dans la tête et lire autre chose m’aurait parasitée.

Sinon, je suis une grosse lectrice. Au minium je vais lire 3 livres par semaines. Et en haute saison, j’en avale un tous les jours (Si si je travaille la journée !).

 

- Si tu devais être un roman, lequel serais-tu et pourquoi ?

Je dirais Les Âmes Vagabondes de S.MEYER.

Juste parce que je suis sûre que des gens vivent dans ma tête !

 

- D’autres passions à part l’écriture ?

Le lancer de menhirs, mais j’ai du arrêter à cause de problèmes de dos.

 

- Quelle est la question que tu aimerais que l’on te pose ?

Quel personnage de roman aimerais-tu être ?

 

- Alors, peux-tu nous répondre à cette fameuse question ?

Charley Davidson ! Pourquoi ? Parce qu’en plus d’être drôle et carrément badass, elle se tape Reyes Farrow ! Reyes Farrow bordel !

 

- Ton souvenir le plus drôle ? (A quel moment de ta vie as-tu le plus ri) ?

Je ne peux pas raconter cette histoire ici !

 

- Peux-tu nous donner une photo de toi ? Une photo décente (ou pas).

 

 

- Peux-tu nous dire quelques mots sur ton prochain livre ?

J’aimerais vraiment, mais dans ma tête, c’est la guerre ! J’ai commencé une nouvelle histoire juste après avoir terminé Burning Dance (une histoire de frange et de string pailleté). Puis en écrivant les chapitres bonus de Burning Dance sur Bren, Carlos, Charly et Lylia, j’ai eu une inspiration soudaine. Ensuite, pendant une écoute massive de System Of A Down, voilà que de nouveaux personnages ont fait irruption dans mon cerveau déjà fatigué ! Et une histoire fantastique qui plus est…. Bref, vous l’aurez compris, dans mon crâne  c‘est l’affrontement total !

 

- Il y a Cami l’auteure mais il y a aussi Cami dans la vie de tous les jours. Veux-tu nous parler d’elle ?

Cami(lle) a trois enfants, est presque mariée et bosse aux services sociaux.

Quand ces trois obligations sont remplies, elle se perd dans ses pensées, peuplées de personnages et d’histoires. Elle décrypte les émotions humaines pour mieux pouvoir les exploiter dans ses histoires.

Et elle ne parle jamais d’elle à la troisième personne… mais elle se parle en anglais parfois !

 

- Disons un petit portrait chinois, si tu es d’accord ?

 

Si tu étais une chanson, tu serais ? SPIDERS de System Of A Down.

Si tu étais une fleur, tu serais ? Une fleur de cactus.

Si tu étais un animal, tu serais ? Un poulpe ! Pleins de bras, le rêve !

Si tu étais un dessert, tu serais ? Une crêpe évidemment !

Si tu étais un déguisement d’Halloween, tu serais ? La faucheuse.

Si tu étais un proverbe / une devise, tu serais ? Quand je ferme les yeux, je vois le monde.

 

- Sur quel(s) site(s) peut-on te suivre ?

 

Profil FACEBOOK : Cami Quill

Page FACEBOOK : C.S. QUILL

TWITTER : @CazCami

INSTA : C.S QUILL

 

 

Un grand MERCI pour m’avoir consacré du temps pour cette interview.

Merci à toi !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×