Jordane Cassidy (2016)

Jordane Cassidy (2016)

— Bonjour Jordane Cassidy. Es-tu prêt(e) à répondre à notre interview loufoque ? Fais ressortir ton sens de l’humour avec nous c’est la fête :)

Bonjour ! Je suis prête ! Eye of the tiger, bandeau sur le front, peinture de guerre sur les joues, I'm ready ! Balance la sauce !


— Pourrais-tu, s'il te plait, te présenter pour les lecteurs qui te découvrent ?

(ça commence bien -_- ) Le genre de questions où je ne sais jamais quoi dire. Dès qu'il s'agit de moi, je bloque. Tant pis pour vous... let's go ! Il était une fois...

Une nana ordinaire bercée par récréA2, puis Club Do, je suis le fruit d'un amour né durant la période disco et j'ai grandi au milieu des mystères de Pékin et de la Bonne Paie, de Dallas, puis des totoches, des crados et des pin's ! Mon amour d'ado fut Rock Voisine puis  Bon Jovi et j'ai dansé aussi bien sur les démons de minuit que plus tard avec Real to real et la Tribu de Dana (mention spéciale pour Short dick men où là, on avait fait fort au Dance Machine ! ). Ouais, je suis de la meilleure décennie ! L'avantage quand on nait au début des années 80 c'est que vous avez toute la culture de vos parents des années 60 et 70, et vous vivez tout le meilleur des années 80, 90 et 2000. Les trentenaires sont imbattables !

Femme déjà merveilleuse très jeune (!), j'ai rencontré l'homme de ma vie à 18 ans et depuis... on s'engueule à chaque fois qu'on va à Ikéa ! Pour ne pas s'ennuyer, nous avons un chat, 4 serpents, une tortue et une mioche ! Une vie tellement bien remplie ! Vous m'enviez, hein ? Passionnant, n'est-ce pas ? Je continue ou question suivante ?


— A travers Je te veux… Loin de moi, as-tu voulu passer un message, une morale ? Car personnellement, j'en ai déduis une.

Euh... après la pluie, il peut y avoir un arc-en-ciel ? À connard, connard et demi ? Les contraires s'attirent ? Qui se ressemblent s'assemblent ? Je t'aime, moi non plus ?

Il y a tellement d'évènements dans cette histoire qui portent à réfléchir sur ce qu'on pourrait faire, nous, si nous étions dans leurs situations. Ethan et Kaya ont leurs défauts, leurs failles, mais aussi leurs qualités, leurs atouts. Ils sont très humains. Ils ressentent en bien et en mal. Ils sont en colère, ils sont heureux, surpris, atterrés, horrifiés, complètement charmés. Ils sont comme vous et moi et agissent à leur manière. Des fois, on est heureux de les voir enfin affronter leurs peurs et leurs envies, d’autres fois on ne les comprend pas dans leurs réactions ou bien on est tristes de les voir réagir ainsi. Ils peuvent apporter tellement de messages dans leurs comportements…

Je ne pense pas avoir un message particulier à faire passer ou bien peut-être celui de croire que l’on a tous droit à une seconde chance. Ethan et Kaya se sont trouvés car ils souffrent tous les deux et ne voient pas d’issues à leur tristesse et leur solitude. Malgré leurs querelles incessantes, ils se ressemblent beaucoup et c’est cela aussi qui va les unir. Ils s’offrent à chacun une nouvelle chance à l’autre. On aime ces petits espoirs que l’on peut avoir envie de voir se réaliser un jour.

C'est quoi ta morale ?

— Qu’il ne faut jamais perdre espoir dans la vie et que même lorsque l’on se trouve au fond du trou, une main tendue peut bouleverser votre univers.


— Ethan, le héros de ton roman, aurait-il pu te séduire ? Et pourquoi ?

Je crois que chaque héros de roman, chaque personnage principal est un personnage aimé par son auteur. Il peut être le plus horrible possible, il y aura toujours quelque chose que l'auteur rendra attachant car c'est celui qu'il a choisi de mettre en avant.

Donc oui, Ethan me séduit. Séduire peut avoir plusieurs sens : être intrigué, être charmé, être captivé, être abusé. Je crois que pour Ethan, il y a un peu de tout ça ! Chaque page écrite me rapproche de tous mes personnages. Je leurs donne une profondeur qui les rend unique, avec leurs qualités et leurs défauts. Je ris et pleure avec eux. Ils deviennent attachants, comme des amis qui gravitent dans ma vie. Et pour cette saga, c'est vraiment fort car je suis avec eux depuis 2014 ! Donc on ne peut pas rester détaché quand on côtoie des gens aussi régulièrement.

Pour Ethan, j'aime beaucoup de choses. J'aime le voir se battre avec lui-même. C'est un homme qui cogite beaucoup, qui se cherche des réponses à des questions parfois très futiles, qui se trouve des excuses bidons, qui tourne autour du pot pour ne pas se révéler. Il est très torturé et parfois on lui dirait : " espèce d’idiot !". Kaya, pour ça, lui ressemble beaucoup aussi. Elle vit dans une peur constante. Elle est incapable de voir un avenir. Elle reste ancrée dans le passé et son présent. Elle n’ose pas se projeter positivement. Avec Ethan, ils vont apprendre à se projeter ensemble.

J’aime aussi le côté très passionné d’Ethan. Trop sans doute, mais c'est ce qui fait sa force et sa faiblesse. C'est ce qui le rend attachant. Il ne lâche jamais l'affaire. Il va au bout des choses et le fait à fond. Cela peut être une qualité, mais aussi un défaut. Il en devient extrême dans ses actions et son comportement. Son côté connard rentre dans ce caractère passionné et se manifeste comme un réflexe de défense d'ordinaire. Il garde cette conviction qu'être détestable lui évitera d'attirer la bienveillance et l'amour et en use à outrance pour être sûr de garder le contrôle. S'il y a amour en face, il se trouvera alors en danger et il ne veut plus l'être. Il garde donc à distance les gens par son attitude discutable. Avec Kaya, ce côté connard va devenir aussi un réflexe d'attaque ! Il va en user également pour garder entre eux leur rapport de force, pour capter son attention continuellement afin qu'elle reste dans son champ de vision. Il va revoir sa façon de se comporter jusqu’à agir de façon inconsidérée, juste parce qu'elle est un défi constant. Juste parce que c'est elle, et personne d'autre.

Ethan est un lion !


— Peux-tu nous donner une photo de tes personnages de roman ? Une photo décente (ou pas).

Question très difficile car j’ai beaucoup de mal à me représenter mes personnages par des personnes existantes. D’ailleurs, une de mes bêtas attend depuis des mois que je lui donne des visuels des personnages pour le Pinterest de JTV et je bloque. Je laisse ça au plaisir des lecteurs. Je crois que je pourrais changer régulièrement… Pour Ethan, on m’en a proposé beaucoup : Mariano Di Vaio, Théo James ou Alex Pettyfer… Dernièrement Sam Clafin aussi serait pas mal…

Pour Kaya, j’en ai eu moins. Keira Knightley ?

Quand à Adam, Sam, Oliver, Simon, Barney et Eddy… piouuu…des nœuds au cerveau !


— Raconte- nous ton plus grand rêve ?

J’avais préparé pour les 30 ans de mon mari et moi un superbe voyage au Japon. J’avais organisé un circuit avec visite de Tokyo, nuit chez les moines bouddhiste, nuit en ryokan, sources chaudes, croisière sur un lac au pied du Mont Fuji, Kyoto avec le quartier des geïshas… La totale ! Et 15 jours avant le départ, il y a eu le tremblement de terre suivi du tsunami bien connu de tous. L’agence a annulé le voyage et nous a remboursés. Hyper tristes et déçus de l’occasion manquée. Nous avons fait du coup « en catastrophe » un tour de l’île de la Réunion en voiture à la place. Mais je ne désespère pas aller au Japon un jour !


— Quelles sont tes conditions idéales pour écrire ?  

Je crois que la plus grosse condition pour que je puisse bien écrire est la motivation, l’envie ! Il faut que j’aie l’humeur sinon je suis contre-productive. C’est aussi sans doute pour ça que je suis longue à écrire et à finir rapidement mes livres. Pour moi, ce n’est pas un besoin ou une frustration. Je peux rester longtemps sans écrire. Il faut que je me sente attirée par l’envie de continuer l’histoire.


— Où puises-tu ton imagination ?

De beaucoup de choses ! Mais principalement des films, des dramas et des mangas. La musique aussi. Mon mari !


— Quand tu écris, écoutes-tu de la musique, si oui, lesquelles ?

Oui, je n’aime pas écrire dans un silence total. Il me faut un bruit de fond. Depuis très jeune d’ailleurs… Je faisais mes dissertations en musique ! J’écoute de tout. Je ne me cantonne pas à un style. Je fais selon l’humeur, mais aussi selon le type de scène écrite. Pour de la baston, je serai plus sur du rock ou de la techno, de la dance, du rap. Pour des trucs soft, de la pop, du reggae, de la variété. Pour des scènes sexuelles, du jazz, des slows etc… Il m’est arrivé d’écouter du classique, du motown… J’ai même une playlist que se monte au fur et à mesure pour JTV !


— Quel(le) auteur(e) t’a inspiré ? Pour écrire hein ! Pas autre chose…

Je n’ai pas d’auteurs phares. Je suis plus inspirée par des situations, des scènes, des évènements. Cependant, certains mangakas m’ont sans nul doute influencé dans mon style : Tsukasa Hojo, Maki Enjoji, Yoshiki Nakamura.


— As-tu encore le temps de lire et quel genre de lectrice es-tu?

Oui, je continue de lire, mais je ne lis plus de romans depuis que j’écris. Je suis devenue très critique et je pense qu’il vaut mieux ignorer que de finir par s’agacer avec les collègues écrivant des romances. Par contre, j’ai toujours lu énormément de mangas. J’achète en moyenne 5 mangas par mois donc les 5 sont souvent lu en 24 heures ! Du coup, je relis les histoires derrière !


— Si tu devais être un roman, lequel serais-tu et pourquoi ?

En attendant Godot, de Samuel Becket. Comme ceux d’Eugène Ionesco, le roman ne mène à rien, il n’y a aucune cohérence, rien n’est vraiment logique, pas de réelles intentions, mais pourtant tout est là en un roman !

De façon générale, j’aime bien l’idée que ce qui peut paraitre invraisemblable, sans logique véritable, puisse toutefois mener à quelque chose de sympa. Ethan et Kaya, c’est un peu ça. Ça part dans tous les sens et pourtant…


— D'autres passions à part l'écriture?

Je fais de l’infographie, du coloriage, j’administre des pages FB…


— Peux-tu nous dévoiler tes prochains projets ou du moins nous en dire quelques mots?

Mon projet premier reste de finir JTV. J’arrive à la fin du tome 4, mais j’ai encore deux tomes derrière. J’écris à la vitesse d’un escargot, donc je dois m’avancer pour ne pas trop faire attendre la suite. Je prends beaucoup de temps à peaufiner les chapitres. J’en ai bien encore pour un an et demi / deux ans avant de mettre le point final.

D’autre part, j’ai aussi beaucoup de mal à scinder mon cerveau pour deux histoires.

Cependant, j’ai Hello World dans mon PC avec 5 chapitres écrits. Je ne l’ai pas touché depuis trois mois car j’ai pris du retard sur JTV que je veux récupérer. Mais ce sera lui qui sortira après la saga. Je ne sais pas encore sa longueur ( je n’arrive jamais à évaluer cela !), mais cela sera complètement différent de JTV dans la dynamique. Ce sera même l’inverse. Il n’y aura pas une confrontation des deux personnages. Au contraire, ils seront très vite symbiotiques !


— Quelle est la question que tu aimerais que l'on te pose?

Que pouvez-vous nous dire sur le T2 ? Ou bien votre scène préférée ou la plus dure à écrire…

 

— Alors, que peux-tu nous dire sur le Tome2 ? Quelle est ta scène préférée et celle qui a été la plus difficile à écrire ?

 

Ce tome 2 est le début de leur cohabitation. Ils vont apprendre à gérer le caractère de l’autre au quotidien. Kaya subit et Ethan est complètement chamboulé dans ses habitudes. Ils sont tous les deux dans cette position de défense de leur territoire, de leur espace intime, de leurs habitudes. Cela va donc encore entrainer des querelles et les obliger à repousser les limites de l’autre. Mais dans le même temps, ils vont se découvrir et se surprendre à apprécier certains moments ensemble. On va aussi en apprendre beaucoup sur la vie de Kaya avec Adam et découvrir tous les amis d’Ethan. C’est sur ce T2 que j’ai rencontré ma scène la plus compliquée à écrire : celle où ils sont dans l’appartement de Kaya. Cette scène en deux temps fut une grosse galère car le second temps devait s’inscrire dans une cohérence sur ce qui est de l’ordre de l’acceptable dans les choix d’Ethan et de Kaya. Mes bêtas m’ont fait reprendre « la consolation de Kaya » 5 fois, estimant que le comportement de Kaya n’était pas logique. C’est une scène lourde, très pesante. Il est difficile de comprendre les choix des personnages, ce qui leur passe par la tête. On s’identifie à eux et on peut vite se dire « mais jamaaiiis je ne ferai ça ! ». Pourtant, quand on repense à leur caractère, leurs besoins, leurs solitudes, leur relation si particulière depuis le début, on accepte plus facilement les choses. J’espère que cette scène ne vous choquera pas trop. Mes bêtas ont été dures avec moi, mais très efficaces. La sensibilité de chacun peut jouer sur l’appréciation de ce moment et on a réussi à se mettre d’accord sans perdre l’idée de base. Ma scène préférée… difficile à dire. J’aime bien Richard. Il apporte beaucoup de légèreté et entraine forcément des péripéties au couple maudit. Donc la soirée chez lui est très sympa… et j’aime aussi celle où Ethan et Kaya se baladent dans la rue. Il y a une ambiance douce qui change de leurs habitudes où tout est rythmé.


— Tout le monde a une double personnalité, fais ressortir la tienne et montre la nous :)

Je suis une personne assez entière donc je ne suis pas vraiment dans la double personnalité. Ma double personnalité, c’est celle de mon nom de plume, mais je reste la même en public ou en privé. Les mêmes choses m’énervent et me font marrer.


— Ton souvenir le plus drôle? (À quel moment de ta vie as-tu le plus ri ?)

Aucune idée ! Je ris souvent ! Ah si ! Je l’ai partagé sur mon profil FB ! Dernière en date !

L’autre jour, pendant que j'étais chez le coiffeur, j'ai reçu un avis de passage pour un colis.

Mon mari rentre et je lui demande donc s'il a commandé quelque chose à mon nom parce que je n'ai pas souvenir d'avoir commandé quoi que ce soit.

Je lui relis le bon : " Pour Mme "Moi" René Beau ".
Et là, mon mari qui me dit : " Patate ! Je crois que tu peux te faire toutes les couleurs du monde sur les cheveux, tu resteras toujours blonde dans ta cervelle ! Ce ne serait pas Reines-Beaux par hasard, ta ME ? ".

Fou rire !

Le gars avait écrit René Beau sur le talon... Sur le coup, je me suis dit que c'était le nom du livreur lol !


— Faisons un petit portrait chinois, si tu es d'accord ?

Mon premier ! Merci !


Si tu étais une chanson, tu serais ? Always, Bon Jovi ( bah oui, comme Kaya, forcément ! )
Si tu étais une fleur, tu serais ? Un lys ! Ma préférée ! Fleur royale !
Si tu étais un animal, tu serais ? Un félin, peu importe lequel…
Si tu étais un dessert, tu serais ? Celui que mon mari aurait envie de manger hé hé !
Si tu étais un déguisement d'Halloween tu serais ? Je ne sais pas… sorcière, vampire... du classique je pense !
Si tu étais un proverbe/ une devise, tu serais ? J’en ai deux : « Advienne que pourra » et « plus c’est long, plus c’est bon ! ». Le second est un leitmotiv chez moi pour ce qui est de l’écriture !


— Sur quel(s) site(s) peut-on te suivre ?

www.jordanecassidy.fr et sur tous les réseaux sociaux.

 

— Merci pour le temps que tu nous as accordé. C’était un véritable plaisir.

Merci à vous ! Très chouettes questions !

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×