Bal tragique à Windsor - S.J. BENNETT

Résumé :

 

Windsor, printemps 2016. La reine Elizabeth II s'apprête à célébrer ses 90 ans et attend avec impatience la visite du couple Obama. Mais au lendemain d'une soirée dansante au château, un pianiste russe est découvert pendu dans le placard de sa chambre, quasiment nu.

Shocking!

 

Lorsque les enquêteurs commencent à soupçonner son personnel d'être impliqué dans cette sordide affaire, Sa Majesté, persuadée qu'ils font fausse route, décide de prendre les choses en main. Mais être reine a ses inconvénients, et notamment celui de ne pas passer inaperçue. C'est donc Rozie, sa secrétaire particulière adjointe, qui va l'aider à démêler ce sac de noeuds...

God save the Queen du cosy crime !

 

L'avis de Danilomzb :

 

Merci aux éditions Presses de la Cité et à Netgalley pour ce service presse.

 

Un mort dans des conditions plus que suspectes et choquantes, pendant un « dine and sleep » organisé par la reine Elizabeth II dans son château de Windsor.

 

Le MI5 chargé de l’enquête suppose un complot ourdi par les Russes, et soupçonne un agent dormant mêlé aux domestiques de la reine.

 

C’est ce qui va décider la reine à mener l’enquête, cachée derrière sa secrétaire particulière Rozie.

 

C’est avec un plaisir évident que j’ai dévoré cette enquête so British, l’auteure affiche une belle connaissance de la royauté anglaise et de l’organisation autour de sa majesté. Cette dernière est charmante, elle cache un esprit affuté derrière ce qu’on croit voir d’elle, certains de ses collaborateurs, dont l’enquêteur principal, prennent soin de ne pas contrarier cette fragile vieille dame qu’ils mésestiment.

 

J’ai adoré la personnalité d’Elisabeth II, cette admirable femme de 90 ans, dans le roman, qui a compris depuis longtemps qu’il vaut mieux manœuvrer subtilement pour laisser croire à ceux qui l’entourent que le pouvoir est dans leur camp.

 

Elle a un rapport fabuleux avec son mari qui apporte un côté dynamique à la situation et plein d’une tendresse réciproque. Les dialogues sont savoureux, quand il lui dit que tout le monde évite de parler de ce crime pour « épargner vos nerfs fragiles », elle lui répond du tac au tac : « Les gens ont la mémoire courte. J’ai survécu à une guerre mondiale, à Sarah Ferguson et à votre service dans la marine ».

 

Elle est brillante, elle a une approche de la politique très fine et un respect pour les personnes qui travaillent pour elle qu’elle considère presque de la famille.

 

Je pense que Rozie, sa nouvelle secrétaire particulière, reprendra très vite du service car même si elle ne s’attendait pas à ce type de mission, elle y prend goût et assume particulièrement bien.

 

Et je me ferai un plaisir de lire les tomes qui suivront !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×