Hiro - Ena L

Hiro par [Ena L]

 

Résumé :

 

Hiro Kirishima

Fils cadet du leader des Fuck Off, groupe de rock célèbre dans le monde entier.

Frère d’un mannequin à succès et d’un musicien de génie.

Écrivain et homme d’affaires à ses heures. Surdoué, sociable et manipulateur.

Son credo : « les femmes sont comme les romans qui ornent ma bibliothèque : elles ne comblent le vide que durant un temps déterminé. »

 

Loin du show-business, Hiro vit une existence tranquille entre son entreprise, ses potes, ses livres, et ses deux petites amies.

La routine était parfaite, tout en maîtrise, jusqu’à cette croisière festive dédiée aux Fuck Off et à leurs proches. Hiro se retrouve soudain confronté aux deux femmes qu’il espérait ne plus jamais revoir : la première est la seule qu’il ait jamais aimée et qui n’a eu de cesse de piétiner son cœur ; la seconde est une conséquence directe de la première, après une triste nuit d’ivresse.

Qu’importe le passé, l’une et l’autre semblent prêtes à tout pour récupérer Hiro.

Le font-elles pour de bonnes raisons ? Peut-être. Peut-être pas… En revanche, une chose est certaine : la croisière s’annonce très agitée.

 

 

L'avis de Danilomzb :

 

Ena L n’a jamais aucune hésitation à me laisser chroniquer ses livres et j’avoue que c’est à la fois flatteur et flippant, et je me dois de la remercier de cette confiance renouvelée.

 

Il est arrivé : le dernier Kirishima se dévoile dans ce tome, Hiro est le plus jeune fils de Aly et Také le leader des Fuck off. Lui qui semble ne s’attacher à personne (il vit une sorte d’union libre avec deux jeunes femmes), se retrouve coincé sur un bateau avec toute sa famille et leurs proches, mais également avec la seule femme dont il ait été amoureux et celle dont il s’est servi pour oublier la première… un sac d’embrouilles.

 

Alors Hiro, dans cette famille très particulière c’est le fils discret, le plus proche de sa mère. Homme d’affaire accompli, écrivain sous pseudo à succès, il se tient loin du succès story du reste de la famille.

 

Seulement Hiro est amoureux depuis des années d’une femme qui le considère comme un « ami plus affinités », et lui qui vit dans l’ombre de son père, sa mère et ses deux frères, c’est justement d’amour qu’il a besoin. Il lui faut une femme qui le revendique lui, pour ce qu’il est.

 

Charlotte est brouillon, timide, elle perd ses moyens à la moindre pression mais elle possède un charme bien particulier et surtout une franchise bien à elle.

 

Sera-t-elle assez courageuse ? Sera-t-il capable de se lâcher ?

 

Ena L nous présente la personne la moins dysfonctionnelle de cette famille, et c’est entouré de ces mêmes frères, mère et père qu’il part en voyage. Heureusement il y a les copains : Mya, Aaron, Hardin, Jamie ceux-là même qui ont intégré la vie avec les « terribles fils Kirishima », ils ne seront pas de trop pour tempérer la situation.

 

Alors certains penseront surement que Hiro fait pâle figure à côté du narcissique Ayato et du colérique Kei, mais il est le lien entre les 2 autres et on verra la solidité de ce fameux lien dans ce tome.

 

Pour le reste Ena L est égale à elle-même, elle nous emmène dans un monde de fêlés avec des personnages particulièrement chargés. Il y a les habitués Také et Aly, Milan et Seven (trop peu à mon goût), Ayato et Jamie, Kei et Mya, Hardin, Aaron, Ylenna et des nouveaux. Je pense, entre autres, à Alex et Virginia qui feront partie d’une escapade en Yacht : quelques chapitres preuves de l’ampleur de la folie de l’auteure et une grosse crise de rigolade.

 

Hiro m’a charmée, il s’est créé un monde discret à la lisière de celui des Kirishima, écrasé par l’aura des autres, il doute et il souffre alors il fait semblant… Charlotte est une femme à part et je ne peux vous en parler sans dévoiler l’histoire, sachez seulement qu’elle saura prouver ce qu’elle est.

 

Alors on rigole on rigole pourtant les messages passent, parce qu’Ena L les distille intelligemment, on parle encore et toujours d’intolérance, des risques du harcèlement, des revers de la célébrité, de l’amour à sens unique.

 

Pas de panique il y a aussi les mots interdits, les allusions sexuelles pas du tout discrètes, plus d’une centaine de notes drôles et souvent inutiles, une révélation sur l’Oréo (que je partage), des hommes en slip (surtout Hardin), des joggings à pression, le mal des transports et un réglage de comptes sur les commentaires injustifiés et le cas de Bernard !

 

La famille Benetton revient régulièrement dans mes lectures depuis plus de 2 ans, je sais qu’il reste d’autres personnes dont on entendra surement parler comme Hardin, Aaron et d’autres encore, mais avec Hiro se ferme une page démarrée avec Aly et Také et je ne peux empêcher une pointe de nostalgie… Puis je pense à Mya qui décide de collectionner des cailloux en leur donnant un nom, et je me dis que décidément Ena L a encore les moyens de me faire rire de ces délires et je la remercie pour cela aussi !

 

Cette fois c'est un coup au cœur parce que j'ai le blues des Kirishima <3.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire