Le chant des géants - David Bry

Le chant

 

 

Résumé :

 

Entrez, entrez.

Asseyez-vous, n'ayez pas peur. Il reste de la place, là, au fond, près de la cheminée. Oui. C'est bien. Très bien. Commandez des bières, des pommes braisées, ce que vous voudrez, mais faites vite. Vous autres, dans la paille, rapprochez-vous ? Calez-vous contre les murs, les tonneaux, les pieds des tables.

Voilà…Le feu ronfle, les bûches craquent. La nuit est tombée. Les marmites sont vidées.

Laissez-vous aller. Fermez les yeux. Juste un peu. Et écoutez-moi.

Je vais vous raconter une histoire.

Celle de notre île d'Oestant où dorment trois géants : Baile, aux rêves de mort et de musique, Leborcham, mère du brouillard, des collines et des plaines, et enfin le puissant Fraech aux songes de gloire et de batailles. Je vais vous parler de guerres, d'amour et de trahisons ? de cris, de sang et de larmes. Je vais vous parler de grands espoirs, de ce qui est vain. De ce qui meurt.

Alors, fermez les yeux. Laissez-vous aller.

Voilà.

Mon histoire commence sur la lande, en bord de mer, dans le château de l'étrange roi Lothar.

 

 

L'avis de Danilomzb :

 

Un énorme merci aux éditions Homme sans nom, à David Bry pour ce service presse et aux deux vénérables de Book en stock, toujours fournisseuses officielles de bons plans.

 

Je ne vous raconterai pas l'histoire de Bran, son frère Ianto, la belle Sile, les hommes liges, les alliés, les ennemis, les géants endormis et les immortels. Non, car je suis incapable de vous donner un résumé de cette histoire tellement elle dépasse ma capacité à la synthèse, et puis cet exercice ne se marrie pas avec mon envie irrépressible de vous donner mon avis.

 

Que dire de ces personnages ? Qu'ils sont éternels et leur histoire aussi : se battre pour réveiller des dieux endormis, se battre pour éviter d'être engloutis dans un brouillard cachant on ne sait quoi, s'aimer pour continuer de vivre, s'aimer pour espérer toucher au bonheur.

 

Ils sont tour à tour les frères complices devenant des adultes en concurrence, une jeune femme souffrant du poids des responsabilités et cédant à l’amour, une mère n’osant prendre position pour l’un ou l’autre de ses fils, un ami fidèle au-delà de la vie, un conteur portant le témoignage de cette histoire pour réveiller un dieu, peut-être celui de la conscience collective…

 

David Bry a joué de la flute et moi j'ai couru derrière, un magicien des mots, un envouteur de lectrice. Je n'ai rien vu venir et à peine passé le deuxième chapitre, je ne pouvais plus m'arrêter : il me fallait à tout prix connaître la suite. Une ambiance de légende celtes, des guerres presque arthuriennes, des trahisons carrément grecques, de la magie évidemment et le tout en musique. Enfin, malgré le sang et les larmes, David Bry joue de sa poésie avec brio et éclaire son histoire d'une fin expliquant tout (je l'avoue je l'ai un peu détesté parfois…).

 

En bref, ma chronique ne ressemble à rien, je suis incapable de vous dire un mot de l'histoire. Un seul conseil à vous donner : lisez ce livre et je l'espère il vous emportera comme moi loin sur la lande de l'île d'Oestant… Une petite précision : le coup de cœur il est juste là <3.

 

 

 

 

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (2)

Dup
Wow, magnifique cette chronique Danilomzb ♥♥♥
Phooka
Superbe ta "chronique qui ne veut rien dire!! " =D

Ajouter un commentaire

 
×