Créer un site internet

Moins que la pluie - Ena L

Moins que la pluie par [Ena L]

 

Résumé :

 

Exceptionnellement, cette histoire commence par la fin. La mienne.

Il a suffi d’un stupide « accident » pour précipiter l’heure de ma mort et éradiquer mes rêves.

 

Nous nous sommes tous déjà demandé ce qu’il y avait après. Y a-t-il un Paradis, un Enfer ? Continue-t-on à exister, ou au contraire, disparait-on à tout jamais ?

Je peux déjà répondre à l’une de vos questions : anges, démons, terres célestes, tout ça… vous pouvez oublier tout ce que vous croyiez savoir, car c’est loin, très loin, de ce qu’on nous a raconté.

 

Quand j’étais vivante, je rêvais d’un « après », mais maintenant que je m’y trouve, je peux vous assurer que j’ai changé d’avis. La mort n’est que le début d’un nouveau calvaire, bien plus cruel que la vie.

 

 

L'avis de Danilomzb :

 

Je me dois de remercier, de nouveau, Ena L pour cette confiance qu’elle « met à l’intérieur de moi » à chaque nouvelle parution. Le risque étant qu’un jour je ne sois plus en accord avec ses écrits ! Rassurez-vous ce jour n’est pas près d’arriver et ce ne sera pas avec ce roman là !

 

Accrochez-vous vous bien parce que cette fois vous êtes sur le point d’atterrir dans la 4eme dimension, celle où une auteure va vous ouvrir les portes de son monde pas merveilleux du tout. Rain est morte, il faut le dire dans un accident un peu débile, et se trouve projetée dans le jardin d’Eden.

 

Oubliez vos idées sur cet endroit, les démons ne vivent pas dans les flammes, les anges ne sont pas bienveillants (ni de petits êtres dodus qui tirent des flèches d’amour… Non non !) et Dieu est aux abonnés absents.

 

Après bien des galères, accompagnée d’acolytes étranges : Léa qui aurait pu être son amie dans son ancienne vie mais ne l’est toujours pas, et un "être venant d'ailleurs" répondant au nom improbable de Chaise Longue (??), Rain va trouver un travail auprès du fascinant Reda (Rédemption de son nom complet). De phénomènes étranges à des sentiments étranges, son séjour s’avère bien compliqué…

 

A chaque nouveau roman je me laisse surprendre par la capacité d’Ena L à m’emmener dans sa loufoquerie, juste pour exemple, il n’y a que dans ses livres que l’on peut lire ce type de dialogue : « Mon cousin Plume d’Oie s’est marié avec une chèvre et ils sont très heureux ensemble » .

 

Elle nous a concocté des personnages sombres, violents et pourtant, pour au moins un Reda, attachant. Et une Rain qui dans la vie n’a jamais su affronter la solitude et s’est donc entourée d’amis et d’amants de pacotille, du moment qu’ils lui évitaient d’être seule. Cette fois elle va devoir ouvrir les yeux et comprendre la raison de tout cela…

 

En résumé : un paradis raté, des personnages violents, sournois, perdus, seuls voir désespérés, des dialogues étranges et un mythe revisité façon Ena : le sexe des anges.

 

Que vous dire de plus, cela vous fera surement rire parfois, frémir souvent, pleurer un peu et surtout vous mettra les nerfs devant cette fin complètement argh… cette fois pas de notes de bas de page surprenantes, là ce n’était pas la peine : le texte se suffit à lui-même.

 

Je reste une fois de plus fascinée par le fonctionnement étrange du cerveau de l’auteure, admirative du résultat et jamais déçue. J’attends la suite des aventures de Rain et Reda mais surtout de Chaise longue : mon héros !!

 

J'ai un coup de cœur pour ce roman d'Ena L : Moins que la pluie.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire