Créer un site internet

Omega - Alixia Egnam

Oméga par [Alixia Egnam]

Résumé :

 

Bearcreek, Montana. Dernier recensement : soixante-dix-neuf habitants. Ou plutôt, soixante-dix-huit loups. Des loups de la meute de Split Jenkins... Et Lexi, qui reste désespérément humaine malgré les lunes qui défilent. Pourquoi est-ce que Lexi ne se transforme pas ? Pourquoi a-t-elle les yeux bleus alors que ceux des autres sont noirs ? Qui est-elle vraiment ?

Par choix, Hunter refuse de vivre avec la meute. Assister aux réunions, accepter les jobs qu’on lui propose ? OK. Mais rien de plus. C’est un paria, comme Lexi. Et quand il prend la jeune femme comme coloc, il découvre qu’ils sont semblables : tous les deux sont des brebis galeuses au milieu de la meute parfaite de Bearcreak.

 

 

L’avis de Danilomzb :

 

Un grand merci à notre partenaire les éditions Alter Real pour ce service presse.

 

Le retour de la fille prodigue… ce n’est pas pour Lexi, non elle revient en se cachant de toutes et tous dans la seule idée de rendre hommage à celui qui l’a toujours protégée, l’alpha décédé. Ses parents : un père violent, une mère absente et une sœur qui s’éloigne un peu. La vraie famille c’est la meute et elle n’en a jamais fait partie puisqu’elle ne s’est jamais révélée. Elle était à part comme Hunter l’oméga, seulement voilà son retour ne va pas passer inaperçu…

Tous les ingrédients d’une histoire de métamorphes sont réunis, une meute de loups, des sorcières et des vampires. Tout l’intérêt de ce roman va être la manière dont l’auteure traite le sujet. La subtilité d’Alixia Egnam est de dévoiler peu à peu les mystères cachées et d’axer son scénario sur les différences. Oui Lexi est présentée comme une petite chose sans défense, malmenée par les méchants et ne devant sa survie qu’à la protection du grand et fort Hunter. Il est fort probable qu’elle vous étonne avant la fin.

 

Une autre chose intéressante dans ce livre est la romance entre les deux héros, elle n’est pas torturée, comme souvent dans ce type de lecture, elle n’a de limites que celles données par les protagonistes. Elle est simple, évidente. L’écriture est adaptée au sujet, pas de dialogues abscons ou métaphysique, très naturelle.

Enfin, dernier point et d’importance : c’est un one shot, pas de fin en suspense, pas de longs mois à attendre la suite, un produit rare dans le genre et pour le coup c’est assez satisfaisant. Le sujet étant travaillé sous toutes ses coutures depuis un moment, il reste difficile de se démarquer, pourtant un angle différent apporte un plus  au roman d’Alixia Egnam, j’ai aimé.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire